Avez-vous des peurs qui vous paralysent ?

“La peur ne tue pas, elle empêche de vivre.” Pascal Bruckner

“Que de fois nous mourons de notre peur de mourir.” Sénèque

Vos peurs vous tuent à petit feu

Vous arrive-t-il, freiné par la peur, de garder, tapies au fond, de vous de nombreuses envies ?

Peur d’échouer, peur de paraître ridicule, peur de susciter la critique, le rejet, peur de la réaction des autres, de la solitude… Combien d’envies, de projets, au cours de votre vie, avez-vous remis à plus tard… et finalement oubliés ?

Savez-vous à quel point certaines de vos peurs peuvent vous paralyser et vous empêcher d’avancer ?

Quand la peur prend le dessus et vous dicte vos choix, c’est une partie de vous-même qui s’éteint.

Votre flamme intérieure diminue, et vous perdez un peu de votre élan vital. Votre vie se ternit. Sentez-vous la grisaille qui s’installe alors peu à peu dans votre quotidien ?

C’est ce qui est arrivé à Marie, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’il lui fallait dépasser ses peurs pour aller mieux.

Derrière le surmenage et la dépression se cache la peur…

Marie, une femme mariée, âgée de 42 ans, mère de 2 enfants, assistante comptable dans une petite entreprise, est venue me consulter à un moment où elle se trouvait submergée et en impasse personnelle. Ses deux enfants en bas âge lui demandaient beaucoup d’attention, et elle ne pouvait s’appuyer sur son mari, commercial, qui se trouvait souvent en déplacement.

Fatiguée par les réveils nocturnes de ses enfants, et par son fils aîné âgé de 2 ans et demi en plein phase d’opposition, elle était en train de craquer nerveusement. Le cercle vicieux s’était installé : elle criait de plus en plus à la maison, se le reprochait ensuite,  et se rendait compte qu’elle n’était pas avec ses enfants la mère qu’elle aurait voulu être, mais ne voyait aucune issue à la situation.

Compte tenu de son surmenage, je l’ai questionnée sur les moments de détente qui lui feraient du bien. Qu’aimerait-elle faire pour se ressourcer ? Y a-t-il des activités qu’elle aime faire mais qu’elle reporte à plus tard ?derrière le surmenage et la dépression se cache la peur

Oui, elle aurait envie de reprendre la danse, arrêtée avec la naissance de ses enfants, et de voir plus souvent ses amies. Mais impossible à faire entrer dans son emploi du temps surchargé. “De toute façon les cours de danse ont lieu le soir, à une heure où mon mari n’est pas encore rentré ou bien est en déplacement” me dit-elle résignée. “Je ne peux pas laisser les enfants seuls à la maison.”

Le problème apparaissait clairement : depuis son mariage et la naissance de ses enfants, Marie avait abandonné une à une toutes les activités qui lui plaisaient pour se consacrer à sa famille. Aujourd’hui elle suffoquait.

Quelles peurs avait-elle à surmonter, me direz-vous ?

Les peurs qui enlisaient Marie dans cette situation sont apparues quand on a abordé ensemble les solutions qui pouvaient lui permettre de sortir de ce surmenage.

S’inscrire à ce cours de danse qui lui faisait vraiment envie nécessitait en fait l’accord de son mari… Et Marie redoutait : sa désapprobation.

En effet, quand elle a réussi à aborder le sujet avec lui, il a répliqué que son travail ne lui permettait pas de rentrer suffisamment tôt pour pouvoir être présent et garder les enfants. Et quand elle a émis l’idée de faire appel à une baby sitter, il s’est montré contrarié : combien cela allait-il coûter ? Etait-ce bien nécessaire ? Elle ferait mieux de rester à la maison avec les enfants… et avec lui !

Quand elle me parlait des échanges avec son mari, je la sentais tétanisée de peur à l’idée que le ton monte et que son mari ne se mette en colère.

Dépasser ses peurs augmente la confiance en soi

Il a fallu à Marie plusieurs mois pour réussir à affronter progressivement la colère de son mari, sans paniquer face à sa réaction et au froid glacial entre eux qui s’ensuivait, et plusieurs disputes se sont succédées.

Elle ne supportait pas qu’il puisse se couper complètement et s’enfermer dans une colère froide, en la laissant seule le reste de la soirée. C’était une véritable agonie pour elle. C’est la raison pour laquelle elle évitait soigneusement tout sujet susceptible de réveiller la contrariété de son mari.

Mais progressivement, décidée à faire entendre un peu plus ses besoins au quotidien, elle a commencé à surmonter sa peur et à avancer pas à pas. Elle a culpabilisé, reculé, repris de l’assurance, et au bout du compte elle a tenu bon.

Aujourd’hui ses cours de danse lui font un bien fou, et elle a “grignoté” petit à petit d’autres zones de loisirs sur les temps consacrés à ses “obligations” familiales.

Parallèlement sa dépression a reculé et a progressivement disparu.

En affrontant le désaccord de son mari et la peur que sa colère lui inspirait, Marie a progressivement repris confiance en elle. Elle qui paraissait fragile et repliée sur elle-même, se tient aujourd’hui droite et affirmée. Elle s’est rendue compte qu’elle pouvait affirmer son point de vue sans conséquences désastreuses, ce qu’elle craignait terriblement au départ.

Elle a repris confiance en elle, et une pointe de rébellion surgit dans sa voix quand son mari tente de revenir sur sa nouvelle organisation en jouant sur la culpabilité…  C’est un levier qui ne marche plus désormais ! Et elle est heureuse de regarder en arrière et de constater le chemin parcouru en quelques mois.

Que sont devenus vos rêves ?

Et vous, avez-vous des envies ou des rêves auxquels vous avez renoncés ?

Avez-vous un jour rêvé d’apprendre l’italien, de sauter en parachute, de vous inscrire à un cours de théâtre, de passer votre permis moto, de découvrir la Chine…

Que sont devenus vos rêves ? Pourquoi en êtes-vous arrivé à les mettre de côté ? Pensez-vous que certaines angoisses ou anxiétés ont pu vous bloquer et vous empêcher d’aller plus loin ?

Ne vous sentiriez-vous pas plus vivant et heureux si vous les réalisiez ?

… Alors, qu’attendez-vous pour décider de placer en priorité haute votre épanouissement personnel ?

Seul il n’est pas facile de combattre ses peurs. Alors franchissez le pas et faites-vous accompagner. Une thérapie ou un coaching sont d’excellentes options pour avancer sans plus tarder !

Investissez en vous, dépassez vos peurs, c’est le seul moyen d’avancer vers une vie épanouie !

Il n'y a pas de plaisir à jouer petit et à se contenter d'une vie inférieure à celle que l'on est capable de vivre

Inscrivez-vous à la newsletter
et recevez les articles
dès leur parution !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *