Ce que vous pouvez apprendre des grands champions pour vos tenir résolutions

Vous souhaitez arrêter de fumer, lire davantage, faire plus de sport, développer vos talents artistiques, ou encore vous affirmer plus facilement et ne plus laisser les autres choisir pour vous… ?

Vous avez peut-être, sans le savoir, des points communs avec Rocky Balboa, alias L’étalon italien, au moment où on lui annonce qu’il a été choisi pour un combat avec le champion en titre, Apollo Creed, et où il entrevoit alors une porte s’ouvrir dans sa carrière…

Vous pouvez être heureux et fier(e) de ces envies, car chaque désir profond qui remonte à la surface vous rapproche un peu plus de celui ou celle que vous êtes au fond de vous, et qui cherche à s’exprimer pour votre plus grande fierté !

Cycliquement, on a ainsi des envies qui resurgissent, des vieux rêves que l’on n’a jamais réalisés, ou des bonnes résolutions, comme apprendre la salsa, s’inscrire à un stage de peinture, partir découvrir l’Amérique du Sud, faire une initiation à la plongée, ou devenir un grand champion poids lourd en boxe…

Mais la vie quotidienne, et les freins inconscients, s’en mêlent, et on ré-enfouit ces envies pour plusieurs mois, ou plusieurs années.

Alors chaque fois qu’ils refont surface, c’est une nouvelle occasion qui se présente de les écouter et de les réaliser.

Vieux rêves enfouis qui resurgissent
Photo Tulika_anna

C’est un moment précieux, ce moment où votre énergie vitale s’exprime, où vous vous reconnectez avec cette partie joyeuse et enthousiaste qui est en vous.

Mais cela vous est sans doute déjà arrivé de voir ces envies repartir comme elles sont venues, et de vous sentir découragé(e) de ne pas réussir à les matérialiser durablement. C’est un terrible gâchis, et cela vous fait perdre confiance en vous et en votre capacité à réaliser vos rêves sur le long terme.

Alors, comment faire pour soutenir ces désirs profonds, les maintenir vivants, sans les laisser retomber aux oubliettes une nouvelle fois pour un long moment… ?

Le bras de fer invisible

C’est extrêmement simple : vous avez besoin de muscler cette énergie vitale en vous. Car c’est un rapport de forces souterrain qui se joue en vous entre deux voix intérieures : appelons-les le Désir et le Rabat-joie.

Le Désir est cette voix qui vous souffle vos envies, elle est joyeuse et optimiste, enthousiaste et pense que tout est possible.

Le Rabat-Joie, quant à lui, est cette voix intérieure qui vous décourage, qui se fait souvent passer pour la voix de la raison, pessimiste et moralisateur. C’est lui :

  • qui va invoquer tous les empêchements pratiques : vous n’avez pas le temps, qui va s’occuper de vos enfants pendant ce temps, vous n’avez pas les moyens, c’est trop cher etc.,
  • et qui va dénigrer votre désir intérieur joyeux et enthousiaste : c’est ridicule, soyez un peu sérieux, ce sont des rêves irréalistes, la vie ce n’est pas ça, on n’a pas le temps de rêver à des chimères etc.,

Quand votre Désir refait surface, c’est comme si un bras de fer s’engageait entre ces deux voix. Or, s’il n’est pas un peu préparé, votre désir se fait battre implacablement par le Rabat-Joie sur-entraîné qui le met KO et le ré-enterre au plus profond de vous pour un bon moment.

La défaite est rapide, nette et sans bavure : votre Désir est un poids plume qui a affronté un poids lourd sur le ring. On ne le reverra pas de sitôt…

Pourtant, quand Rocky Balboa, un boxeur de seconde zone, au palmarès inexistant, a été choisi pour affronter Apollo Creed, le champion du monde des poids lourds, comment réagit-il ?

Convaincu qu’il ne peut pas battre le champion en titre, il se fixe comme objectif de tenir les 15 rounds de la rencontre, ce qui n’a été réalisé par aucun des adversaires précédents d’Apollo Creed.

Autant la victoire lui paraissait inatteignable à ce moment-là, autant tenir 15 rounds devient imaginable en son for intérieur…

Dès lors, son objectif est fixé : il tiendra jusqu’au dernier gong.

Visualiser sa victoire
Photo TeroVaisalainen

Rocky va alors se préparer tout au long du film pour cette rencontre inespérée dans sa carrière : lui en qui plus personne ne croit, lui qui est en train de perdre son casier au club au profit d’un autre boxeur plus prometteur.

Si la réussite dans la vie, est affaire de compétence physique, intellectuelle, technique, commerciale etc., elle aussi et surtout liée au mental.

Pour décrocher une promotion au travail, bénéficier d’une opportunité financière, être choisi parmi une liste de candidats pour un appartement que vous souhaitez louer, réussir à arrêter de fumer, apaiser une relation conflictuelle avec l’un de vos enfants, gagner une course etc., il est nécessaire avant toute chose de croire que c’est possible et que vous pouvez réussir.

Parallèlement, vous mettrez en oeuvre différentes stratégies pour atteindre votre objectif.

Mais rien ne fonctionnera réellement, si avant cela vous n’y croyez pas, si vous ne vous voyez pas déjà vainqueur.

La clé : travailler votre mental

Je ne vais donc pas dans cet article vous décrire différentes stratégies pour atteindre vos objectifs, mais vous apprendre comment travailler sur votre mental, pour que ces stratégies que vous allez mettre en oeuvre produisent des effets maximum.

 

Cet article participe à l’événement “Votre meilleure astuce pour appliquer vos bonnes résolutions” du blog Devenez Meilleur. Vous trouverez une quantité d’articles de développement personnel sur ce blog d’Olivier Roland, et je vous conseille notamment celui-ci sur la découverte du sens de votre vie. Si vous aimez mon article et que vous souhaitez voter pour lui pour ce concours, cliquez ici !

Martin Fourcade, après sa victoire à la Mass Start du Grand Bornand, disait ainsi en interview que, lors de son dernier tir, techniquement rien n’allait, toute sa préparation en entraînement était déréglée. Et physiquement il n’était pas au mieux.

Pourtant son tir s’est déroulé facilement parce que mentalement il était sûr de lui. Chacune de ses balles a fait mouche et le tapis rouge s’est déroulé devant lui.

Martin Fourcade sur le pas de tir

Le matin même, il avait vu Justine Braisaz, sa coéquipière féminine gagner devant leur public, ce qui a créé un déclic décisif en lui : lui aussi allait gagner cet après-midi, c’était une question d’orgueil, un puissant moteur chez Martin Fourcade.

La victoire éclatante de la biathlète française a réveillé un désir inarrêtable qui lui a permis de réaliser la course parfaite.

Mais comment travailler son mental justement, ce qui semble si impalpable et fluctuant en fonction des jours et de la pression ?

On dit souvent qu’un sportif a un mental fort ou ne l’a pas. Est-ce quelque chose qui est scellé dès la naissance et qui ne se travaille pas ?

Faux, le mental est un muscle qui se travaille grâce à différents outils.

La visualisation créatrice en est un que vous pouvez utiliser chez vous, facilement, quelques minutes chaque jour.

Les effets de la visualisation créatrice

La version courte de la visualisation créatrice consiste à vous poser chez vous, au calme, quelques minutes, et imaginer que vous avez déjà atteint votre objectif.

Par exemple, si vous allez participer à un concours de saut d’obstacles en équitation et que vous vous sentez nerveux(se), prenez quelques minutes chaque jour pour vous imaginer, sautant facilement les obstacles un par un avec votre cheval, et passer la ligne d’arrivée heureux(se), satisfait(e) de votre parcours, acclamé peut-être par la foule, félicité(e) par votre entraîneur et vos proches qui sont venus assister au concours.

Visualisz votre réussite et vos sensations agréables
Photo Kirahoffmann

Imaginez vous sentir léger(e), passant avec aisance d’un obstacle à un autre, en harmonie avec votre cheval.

Connectez-vous avec les sensations physiques agréables que vous allez ressentir, peut-être la force intérieure, la confiance en vous, la légèreté, peut-être le contact agréable avec votre monture, l’odeur du parcours, les voix des speakers diffusées aux hauts-parleurs, l’excitation qui se dégage de l’événement, votre concentration etc.

Et imaginez également ce que vous allez penser, ce que vous allez vous dire après avoir réussi l’épreuve : peut-être que vous vous sentirez sur un petit nuage, et que vous vous direz « J’ai réussi ! J’ai fait un sans faute ! J’ai su gérer ma concentration et toute la pression qui reposait sur moi. Je suis fier(e) de mon résultat ! »

Peut-être fêterez-vous cette victoire avec vos amis autour d’un verre. Vous pouvez aussi imaginer les félicitations qui vont pleuvoir sur vous, que l’on va vous porter aux nues, que vous allez avoir de nombreuses propositions intéressantes après cet événement, des invitations à de prochains concours etc.

Visualiser la victoire
Photo OpenClipart-Vectors

Ce qui fonctionne, ce ne sont pas les pensées que vous créez ainsi, mais les ressentis agréables. Ce sont vos émotions qui sont sources de transformation, et qui vous permettent de reprogrammer votre mental, de changer vos schémas habituels limitants.

Quand vous créez ainsi des sensations positives imaginaires, cela a le même impact sur votre corps et vos circuits neuronaux que si la situation avait lieu réellement.

Ainsi, en ressentant les effets de la victoire et la joie ressentie quelques minutes chaque jour, c’est comme si cette victoire avait lieu réellement chaque jour, et cela muscle votre confiance en vous, vos pensées positives, cela relâche vos tensions corporelles etc. Tout votre corps se prépare et s’habitue à ces nouvelles sensations. Elles deviennent familières…

C’est exactement ce qui s’est passé pour Martin Fourcade avant sa course. Il avait déjà gagné dans sa tête, et ce qui s’est passé sur la piste et sur les pas de tir n’a été qu’une réalisation concrète de ce qu’il avait déjà créé mentalement. D’où sa sensation de fluidité, de facilité… et d’évidence !

Des supports à la visualisation

Le plus difficile dans cet exercice de visualisation, c’est d’arriver à créer ces connexions avec vos émotions.

Les circuits sont plus ou moins fluides selon chacun et selon les moments. Certains jours vous arriverez très bien à visualiser votre victoire, à ressentir toute la joie et la fierté qui sera là, vous aurez beaucoup de détails qui apparaîtront dans votre visualisation.

D’autres fois ce sera plus laborieux, vous ne ressentirez peut-être quasiment rien, comme si un blanc s’installait ou que vous étiez anesthésié(e). C’est une question de résistance intérieure au changement que vous tentez de créer.

C’est la même chose quand vous décidez de vous inscrire à une salle de sport et d’y aller deux fois par semaine. Certains jours vous prendrez votre sac avec enthousiasme, d’autres fois vous vous sentirez lourd, comme si chacun de vos pied pesait une tonne. Vous vous sentirez mou et sans énergie.

Personnellement quand j’avance dans une direction qui est particulièrement bénéfique pour moi, je tombe souvent malade : j’attrape une grippe qui me met KO pour une bonne semaine et qui m’empêche de faire quoi que soit, qui me coupe dans mon élan…

Peu importe ce qui se manifeste : des douleurs, du vide, des tensions ou un manque d’énergie, persévérez. Même si en apparence la visualisation ne fonctionne pas, elle agit de façon souterraine, et vous passez le message à vos résistances inconscientes que vous n’abandonnez pas, que vous avancez pas à pas, et vous verrez que vous avancerez par pallier.

avancer dans la brume sans voir les résultats
Photo Carloyuen

Peut-être que pendant trois jours vous ne verrez pas d’effet particulier, et soudainement le quatrième jour, vous ressentirez des émotions nouvelles. Des connexions vont se faire de plus en plus, et c’est ce que vous cherchez : que ce circuit que vous créez se fluidifie de plus en plus en vous.

Alors pour vous soutenir et libérer votre énergie, vous pouvez opter pour une version plus longue de cette visualisation :

  1. En choisissant tout d’abord des images positives associées à votre objectif. Par exemple, si vous avez envie de vous inscrire à un cours de salsa et que vous avez des appréhensions, vous pouvez trouver une image de danseurs qui ont beaucoup de plaisir à danser, des images d’un groupe accueillant qui sourit, une photo d’un professeur de danse inspirant etc.
  2. Collez ces images sur une feuille qui va devenir votre tableau de visualisation,
  3. Ajouter des mots chargés en émotions positives pour vous, que vous associez à la salsa. Par exemple Fierté, Aisance, Facilité, Rythme, Duo, Complicité, Bonheur etc.
  4. Affichez ce tableau à un endroit où vous allez pouvoir le regarder chaque jour pendant votre visualisation,
  5. Choisissez une musique inspirante, qui vous met dans une énergie positive quand vous l’écoutez, qui réveille en vous la force, la détermination, le sentiment de liberté etc.

Par exemple, si la musique « Eye of the tiger » a cet effet dynamisant et motivant, mettez-la pendant votre visualisation.

Pour d’autres ce sera peut-être Katy Perry, ou encore Lindsey Stirling

Ce qui compte c’est que cette musique vous parle à vous, et vous aide à vous reconnecter avec celui ou celle que vous vous voulez laisser surgir et s’exprimer !

En effectuant cette petite visualisation chaque jour pendant 21 jours, vous observerez les effets positifs qui commencent à se faire sentir sur votre mental, sur votre motivation et votre confiance en vous et sur votre assiduité dans la mise en oeuvre de vos bonnes résolutions !

 

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Facebook ! Vous pouvez également suivre mes vidéos sur ma chaîne Youtube 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *