Accueillir ses émotions douloureuses

Voici une méditation bouddhiste que je souhaite partager avec vous aujourd’hui. Je l’ai découverte dans le livre plein de douceur et de sagesse de Thich Nhat Hanh, Prendre soin de l’enfant intérieur, faire la paix avec soi.

J’inspire, j’ai conscience de la souffrance, de la peur, de la tristesse, de la colère, en moi ;

J’expire, j’ouvre les bras tendrement à cette sensation de souffrance.

Accepter ce qui nous traverse

Thich Nhat Hanh nous invite ainsi à reconnaître et accepter les émotions qui nous traversent, les douleurs que nous vivons, sans chercher à les fuir comme nous avons appris à le faire depuis toujours. Et à les accueillir avec bienveillance et amour en nous, sans les juger, sans chercher à les modifier, simplement telle qu’elles sont, ici et maintenant, quand elles surgissent.

Parce que nous couper de certaines sensations, aussi inconfortables ou négatives nous semblent-elles être, cela signifie nous couper d’une partie de nous-même.

Or la paix intérieure réside dans la réconciliation avec notre âme toute entière, et dans l’acceptation inconditionnelle et bienveillante de tout notre être. Y compris les parties les plus sombres, les plus douloureuses, les plus honteuses, celles où nous sommes le plus vulnérable.

les parties sombres et cachées de soi
Photo Srckomkrit

Dans cette puissante méditation, Thich Nhat Hanh nous invite à nous reconnecter à nos émotions turbulentes, perturbantes au lieu de chercher à les ré-enfouir au plus vite.

Commencez à accueillir ces émotions qui vous traversent parfois, et observez ce qu’il se passe. Observez les réactions de votre corps, vos pensées… Respirez dans ces émotions, dans ces sensations corporelles, simplement, sans chercher à les changer, sans les juger.

Faites-leur une place en vous, comme si vous accueilliez dans votre maison un invité que vous respectez sincèrement.

Imaginez entourer ce qui est là de vos bras, lui sourire. Laissez cette sensation circuler en vous librement.

Quand l’émotion est trop douloureuse

Si la douleur est trop intense, ce qui arrive parfois, quand les mémoires du passé qui resurgissent ainsi ont été trop insupportables, choisissez la bonne distance pour vous à laquelle il vous paraît acceptable d’autoriser cette émotion à se trouver.

Vous pouvez l’éloigner un peu de vous pour apprendre à l’apprivoiser progressivement.

Et transformer la méditation en celle-ci :

J’inspire, j’ai conscience de la douleur qui remonte en moi ;

J’expire, j’accepte cette peur, colère ou tristesse à côté de moi, je lui fais une petite place progressivement, pas trop près, à la distance qui est possible pour moi aujourd’hui.

guérir son enfant intérieur
Photo Catwoman

La voie vers la guérison intérieure

En vous réconciliant ainsi avec certaines parties de votre vie, vous accueillez en vous l’enfant blessé que vous avez été, qui s’est retrouvé seul, effrayé, démuni.

Vous lui indiquez que vous êtes là pour lui aujourd’hui, et qu’il peut compter sur vous pour le protéger et le réconforter.

Cher petit frère, chère petite sœur, je sais ce que tu as traversé et à quel point cela a été douloureux et difficile.

Je suis tellement désolé(e) de t’avoir laissé(e) seul(e) si longtemps.

Aujourd’hui je suis là pour toi, et je vais rester à tes côtés aussi longtemps que tu en auras besoin.

Sens-tu mes bras autour de toi qui t’accueillent avec tendresse, et les rayons du soleil qui viennent doucement réchauffer ta peau ?

Appelle-moi chaque fois que nécessaire, et je serai là.

Cette méditation pleine d’humanité et de tendresse est un véritable baume cicatrisant pour votre âme, et le chemin d’accès avec une réconciliation pleine et entière avec la vie, avec ceux qui vous ont blessé(e), avec vous-même et avec toutes les générations qui vous ont précédées et qui vous suivront.

la sagesse de vos émotions

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *