4 clés pour atteindre son objectif

Vous avez écrit votre liste de rêves et vous allez me dire : « Et après ? ». Comment faire pour que cela ne reste pas qu’un feu de paille, agréable, mais sans lendemain, à l’image de certaines bonnes résolutions que l’on prend en janvier ?

Vous avez réussi à reprendre contact avec votre personnalité profonde, celle qui est pleine d’énergie et d’envies, et maintenant il faut mettre en oeuvre un certain nombre de choses pour ne pas la laisser s’estomper à nouveau derrière les priorités du quotidien.

Il vous faut bien sûr décider de RÉALISER certains de vos objectifs notés sur cette liste ! Vous savez bien que si vous remettez à demain, vous repartez pour un nouveau cycle d’assoupissement.

Le jour J c’est AUJOURD’HUI 🙂

Et là un sentiment de découragement ou de fatigue peut surgir. Pas de panique, c’est normal, le VRAI SOI est encore ténu et manque de force à l’instant présent pour faire face tout seul à la situation du moment.

Stark, selbstsicher

Il va falloir mettre en place une stratégie pour l’aider à se « muscler » et devenir efficace.

Le risque de retomber dans le train-train est toujours là et guette, il faut donc vous organiser pour avancer dans la nouvelle direction que vous souhaitez. Voici quelques balises très simples à suivre qui ne vous prendront pas plus de 5 à 10 min chacune.

ACTION N°1 : Classez vos projets par ordre de priorité

Pour préciser la direction dans laquelle vous souhaitez avancer, il vous faut décider de l’ordre dans lequel vous allez commencer. Aussi le plus simple est de reprendre votre liste de rêves et de classer vos projets par ordre de priorité pour vous, puis de sélectionner le plus important, celui que vous voulez démarrer maintenant.

ACTION N°2 : Evaluez sa difficulté (de 1 à 5)

Ensuite, évaluez la difficulté de sa réalisation pour vous, maintenant, en lui attribuant un chiffre entre 1 et 5 (1 c’est un projet facile à concrétiser, 5 assez difficile).

Si vous avez attribué une note entre 1 et 3, votre projet va être assez facile à réaliser, et devrait se concrétiser en peu de temps. Vous arriverez assez facilement à vous y mettre et à le terminer.

En revanche si vous avez évalué sa difficulté à 4 ou 5, il va falloir procéder par étapes pour avancer progressivement vers sa réalisation.

Par exemple, mon projet actuel est de réussir à partir un an faire un tour du monde en catamaran ! C’est un projet que j’évalue évidemment à 5 aujourd’hui, et qui en terme financier, d’organisation, de connaissance en navigation etc., va nécessiter de nombreuses étapes intermédiaires.

Rainy Businessman

Il y a de nombreux obstacles qui vont se présenter sur le chemin qui peuvent nous démotiver et nous faire revenir à la case départ, c’est-à-dire le renoncement et la grisaille. 

ACTION N°3 : Découpez le projet en petits projets « faciles »

Montagne

Un gros projet est écrasant, il peut ressembler à une montagne infranchissable qui va vous mener droit à la démotivation et à la procrastination.découragement

Pour le rendre abordable et « muscler » votre VRAI VOUS, il faut modifier le rapport de force défavorable du premier abord :

⇒ en le divisant en sous-projets, beaucoup plus abordables, qui font moins peur, qui sont moins volumineux en terme de temps, et beaucoup plus gratifiants car on va réussir à les achever plus vite ! Et ce sera aussi une source de satisfaction motivante pour continuer.

Comme ceci :

Sous-projet 2

J’ai fait grandir le personnage au fil des sous-projets, car plus on avance dans la réalisation de chaque partie, plus notre confiance en nous grandit, et notre efficacité augmente. Le VRAI SOI se renforce jour après jour…

On va plus vite, avec plus de confiance et d’efficacité.

Si l’on reprend l’exemple du voyage en catamaran :

  • Le sous-projet 1 pourrait être « développer des revenus alternatifs équivalents à mon salaire actuel » (Difficulté 5),
  • Le sous-projet 2, « apprendre à naviguer le long des côtes » (Difficulté 4),
  • Le sous-projet 3, « répondre à la question : que faire d’Oscar et Ramsès (nos deux chats) durant le voyage ? » (Difficulté 3).

J’évalue le sous-projet 1 encore à une difficulté de 5, donc je vais lui aussi le diviser en plusieurs petits projets ; de même pour le sous-projet 2 que j’évalue à 4. Quant au sous-projet 3, je l’évalue à 3 en terme de difficulté.

Voici une illustration de la nouvelle division du sous-projet 2 « apprendre à naviguer le long des côtes » grâce au logiciel Mindmeister qui permet de créer des « cartes mentales » :

Naviguer

Apprendre à naviguer tout d’un bloc : « tout seuls en mer ! » semblait plutôt effrayant vu d’ici… Surtout si l’on prend en compte le fait que j’ai plus des gènes d’enclume que de poisson volant…

Je l’ai donc divisé en 6 étapes plus petites qui, individuellement, paraissent faciles et beaucoup plus abordables !

Qu’en pensez-vous ? Beaucoup mieux, non ?

Il vous faut un mélange de projets faciles et difficiles. Parce que les projets difficiles vont vous demander des efforts, et donc du temps pour en récolter les fruits, tandis que les projets faciles vont être gratifiants et booster votre motivation et votre confiance tout de suite.

ACTION N°4 : Insérez dans votre programme des temps de loisirs et de repos

Contrairement à l’idée reçue que nous avons tous ou presque, ce n’est pas nécessairement le chemin le plus court qui est le plus rapide. C’est-à-dire ce n’est pas en consacrant tout notre temps libre à ce projet qu’il va avancer le plus vite.

Pourquoi ? Parce que si l’on puise dans nos réserves pour faire avancer le projet, en négligeant de faire des pauses pour se ressourcer, on va vite s’épuiser, devenir irritable, attraper le premier virus venu qui traîne par là, et de toute façon manquer d’efficacité pour cause de fatigue.

Tous ces changements que nous impulsons dans ces nouveaux projets sont fatigants car ils nous amènent à sortir de notre zone de confort, et nous devons fournir là des efforts importants. Il est essentiel donc de se ménager des zones de « réconfort », et de lâcher prise régulièrement pour se ressourcer.

Chacun son style, sport, sieste, massages relaxants, jeux vidéos, bon bain chaud, série tv culte, sorties… Tout ce qui est bon pour vous et vous détend 🙂

Donc, chaque fois que votre motivation est en dent de scie, chouchoutez-vous !, et faites un petit projet facile à réaliser qui vous fera du bien. 🙂

Et n’oubliez pas que la vie est une répétition de cycles plus ou moins grands. Ce qui signifie qu’il est normal d’avoir des périodes hautes et des périodes basses dans ses projets. Tout comme les saisons se succèdent au cours d’une année et ont toutes leur utilité, la motivation suit des cycles qu’il faut écouter et respecter.

Inutile de vouloir être au sommet en permanence, on risque alors de brûler toutes ses réserves en luttant contre le cycle naturel de l’énergie et de la vie.

Vous êtes prêt(e) ? Alors vous pouvez commencer…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *